Relais Assistantes Maternelles-Parents-Enfants

Relais Assistantes Maternelles Parents-Enfants Le Papillon
Espace Françoise Dolto (2ème étage avec ascenseur) – 3, rue de la Réserve
63370 Lempdes. Tél.: 04.73.61.79.74 – lepapillon@mairie-lempdes.fr

Téléchargez le plan d’accès

« Le Papillon »

Le RAMPE, Relais Assistantes maternelles-Parents-Enfants, « Le Papillon » est un service gratuit visant à accompagner l’amélioration qualitative de l’accueil individuel des jeunes enfants. Lieu d’information, d’échange, de rencontre et d’écoute, le Relais est ouvert à toutes les personnes concernées par l’accueil individuel des jeunes enfants.

C’est également un centre de ressources et de documentations inhérentes à la petite enfance (0-4 ans) : abonnements à des revues spécialisées, bibliothèque ciblée, documents de prévention, ludothèque interne… le tout à la disposition des usagers.

RAM

Cécile Taffaleau, responsable de la structure, vous y accueille selon le planning suivant :

Horaires d’ouverture Accueil aux Ateliers Accueil aux permanences
Lundi 10h / 11h30 14h30 / 18h30
Mardi 8h30 /10h10h / 11h30 13h30 / 16h30
Mercredi 8h30 / 10h 10h / 12h30
Jeudi 8h30 / 10h10h / 11h30 13h30 / 16h30

Téléchargez le planning 2ème trimestre 2016

Le Relais Assistantes Maternelles Parents-Enfants (RAMPE)

Le Relais Assistantes Maternelles Parents-Enfants (RAMPE) se situe au 2ème étage de l’Espace Françoise Dolto, 3- rue de la Réserve. Les choix pédagogiques d’aménagement du lieu permettent de profiter au mieux de l’avantage majeur de ces locaux : l’espace. Peu de matériel présent à vue mais la possibilité de créer ensemble un espace approprié, au fur et à mesure des projets en lien avec la qualité des observations des enfants.

L’activité du Rampe offre deux accueils bien distincts :

¤ L’accueil en permanence :

C’est la possibilité de partager une rencontre pour être informé sur différents sujets. Pour les parents en recherche d’une solution d’accueil pour leur enfant : informations administratives et éducatives, explication du parcours d’employeur avec informations sur la conduite d’entretien d ‘embauche, échanges sur les différents modes d’accueil présents sur la commune…

Pour les professionnels en questionnements : informations éducatives ou administratives, informations sur les différents métiers de la petite enfance…

Afin de réserver à chacun un accueil de qualité, il est préférable de prendre rendez-vous.

 ¤ L’accueil en atelier :

C’est la possibilité de se retrouver, une fois par semaine, au sein du Relais pour partager un moment entre professionnels, parents et enfants dans un lieu pensé et prévu pour.

Les enfants ne viennent jamais seuls au Relais… c’est donc à ces moments partagés entre un adulte et un tout-petit que nous sommes tous invités à réfléchir.

Les ateliers se construisent autour de propositions en lien avec le besoin insatiable des tout-petits à appréhender le monde par ses 5 sens. L’éveil sensoriel est donc la base du travail en atelier. L’espace, les jeux, les jouets, les livres, l’argile, la peinture, la musique, les chansons, la motricité, l’eau, les graines… sont de la partie.

Des semaines colorées se mettent en place avec des couleurs mises à l’honneur au fil des saisons. Pour l’occasion, les couleurs choisies sont explorées en ateliers de différents manières : tout le monde est habillé aux couleurs déterminées et différents mets amenés et préparés par les usagers sont goûtés.

 Les ateliers se construisent également autour de partenariats pérennes et de rendez-vous plébiscités par les usagers :

  •  Donnons la place aux livres

Tout au long de l’année, le Relais et la médiathèque travaillent conjointement pour accueillir les usagers souhaitant partager un moment autour de la littérature enfantine, et ainsi découvrir l’intérêt et le plaisir qu’ont petits et grands à échanger autour des mots, des images, des sons…

  • Ateliers psychomotricité au complexe sportif

En partenariat avec le service des Sports, le Relais propose à ses usagers de participer à des ateliers « d’exploration motrice », une fois par trimestre. Ces situations motrices sont, pour les enfants, la possibilité de prendre des « risques » mesurés, d’expérimenter de nouvelles situations…

  • Place de choix à l’éveil culturel et artistique
danse pour site Danser au Relais : plus d’informations ici

« Pourquoi ce travail d’éveil artistique et culturel au Relais ? »
C’est un domaine qui me touche tout particulièrement et qui, de par mon expérience de travail depuis une vingtaine d’années auprès de la petite enfance, des professionnels qui en ont la responsabilité et des familles, me semble être un média privilégié pour réfléchir, interroger, remettre en question les propositions faîtes aux tout-petits.
Les choix culturels effectués ne sont pas le fruit du hasard. Ils font écho dans les priorités, les intérêts, les compétences du tout-petit. C’est bien dans cette période de la toute petite enfance que le corps dans ses mouvements, ses sensations, ses émotions est en pleine construction, en pleine exploration et donc, en éveil. Il semble donc qu’il nous appartient, nous leurs accompagnateurs, de leur permettre de s’ouvrir sur le monde extérieur et sur eux-mêmes avec cette matière relationnelle qu’est, pour moi, la culture.
La musique, les chants, la danse sont des arts qui nous accompagnent tout au long de notre vie et qui, nous ramène, en tant qu’adulte à des émotions premières, des émotions d’enfant. C’est avant tout, par l’intermédiaire des adultes que se joue cette aventure culturelle. Sur ces chemins qui mènent vers l’art, la place de la famille et de tous les autres qui accompagnent l’enfant est primordiale : nous devenons « passeurs de culture », de la notre et de toutes les autres.
Pour beaucoup d’adultes, de professionnels de la petite enfance, la rencontre avec l’art semble parfois incontournable ; ce n’est pas essentiellement pour briser la routine ou expérimenter le changement, mais bien pour susciter la créativité, l’imagination. Et il me semble que c’est aussi par la rencontre avec les artistes que cela prend tout son sens.

Alors, on en arrive à la question : « Pourquoi le spectacle avec les tout-petits ? » Le spectacle vivant rend vivant.
Avec tous les différents spectacles proposés ces dernières années : Fleur de Peau, Kaolin, Petit ! Petat ! , Comment ça va sur la terre ? , Petit tango sur l’eau, Sable doux, Loupiote, Mes Contemporels, P’tites formes pour p’tits bouts, Abras&Ratcousix, Sur le chemin de Noël, Pouss’ Caillou, Bou, Petites oreilles grandes ouvertes, 1 2 3 4 Saisons, Brin d’air, Danse-moi, Dans mon livre, La première neige, nous avons vécu des séances de spectacle d’une qualité d’écoute extraordinaire, où l’on pouvait voir les enfants réceptifs à ce qui leur était donné à vivre ; ils étaient là, bien présents. Ce qu’ils en ont retiré reste un mystère. Cependant au vue de leurs réactions, on peut se dire que cela avait l’air bon, qu’ils y ont, sans doute pris du plaisir.
C’est pourquoi, je pense que la qualité des moments artistiques échangés avec les tout-petits est fondatrice des spectateurs qu’ils sont maintenant et seront plus tard. Tous ces spectacles proposés depuis plus de 10 ans, sont des spectacles vivants et ce n’est pas par hasard qu’ils se nomment ainsi. Le spectacle ne vient pas à nous, ne s’impose pas à nous (comme, parfois, la télévision, les vidéos…), mais nous faisons la démarche d’aller au spectacle, c’est nous qui sommes acteurs de ces moments. Aller au spectacle, c’est déjà la découverte de lieux : salle des fêtes, salle pluri-culturelle, salle de spectacles… conçus tout spécialement pour cet accueil peu ordinaire. Et puis, il y a l’aménagement, le public, le décor, la lumière… et avec toutes ces découvertes, il y a toujours quelqu’un de précieux : maman, papa, tata, nounou… Et là, tout peut arriver, si on peut ou pas, si on veut ou pas, se laisser porter par ce qui est donné à vivre.
C’est peut-être un peu comme ça que l’on grandit, que l’on vit : curieux de tout ? !
Je veux vous faire part d’un écrit réalisé par Joëlle Rouland, auteur, metteur en scène (extrait « Les cahiers de l’éveil n°1 », publication Enfance et Musique) qui est, pour moi, un écrit de référence évoquant les artistes, les spectateurs… « … L’artiste ne se met pas à la hauteur de l’enfant en calculant : 3 mois, 3 mots de vocabulaire, spectacle haut comme 3
pommes et le tour est joué. L’artiste propose à l’enfant un peu de son univers personnel, son monde fait de ses questionnements, de ses émotions, de ses doutes, de ses plaisirs, de ses souvenirs, de sa fantaisie. Son monde à lui.
Dans sa vision originale du monde, l’artiste n’a pas oublié qu’il a été un enfant, mais depuis il a fait du chemin. …
Un spectacle de théâtre, c’est la rencontre de plusieurs imaginaires et ces rencontres doivent provoquer des étincelles.
L’artiste qui s ‘adresse au jeune enfant a choisi de le faire parce qu’il éprouve une nécessité de lui communiquer quelque chose. Quelque chose de lui, lui, l’artiste. …
… Quelque chose qui est important pour lui et qu’il veut faire entendre. Il n’y a pas des artistes pour enfants et des artistes pour adultes. Il y a des artistes. …
… Il n’y a pas d’enfant spectateur sans adulte spectateur. Et quelquefois, bien souvent, l’adulte, exactement comme l’enfant, est spectateur de théâtre pour la première fois. Pour l’adulte spectateur, il y a double plaisir : d’abord le plaisir que procure le spectacle et le plaisir de voir l’enfant en train de découvrir un autre monde. Un double ravissement, ça ne doit pas se rater. A la question :  » A partir de quel âge peut-on emmener un enfant au théâtre », je répondrais qu’il n’y a pas d’âge pour l’enfant, c’est l’âge des adultes qui est important. Il faut qu’ils soient mûrs pour faire ce voyage… Si les accompagnateurs ont peur de s’ennuyer, s’ils pensent que ça peut traumatiser l’enfant, s’ils ont la crainte de perdre leur temps ou autre, ce n’est pas le moment de le faire. C’est prématuré. Ce qui compte, c’est le désir de l’adulte.
Sa curiosité, son goût pour l’aventure, son envie de partager avec l’enfant des paysages nouveaux. Dans un spectacle jeune public, l’adulte aussi fait une rencontre. Pour lui aussi ça doit faire des étincelles. Et toutes ces étincelles qui font vibrer l’adulte vont ouvrir à l’enfant d’autres portes, d’autres mondes.
Proposons aux enfants tous ces moments forts qui nous font palpiter. Offrons-leur tous ces moments rares qui nous font aimer la vie. »